Scolariser un enfant en situation de handicap

La rentrée des classes ! Avec son excitation, son stress, ses fournitures, sa nouvelle organisation, elle reste l'un des moments intenses de l'année, pour les parents, comme pour les enfants (et sans doute pour les enseignants aussi). Néanmoins, la rentrée des classes, pour un enfant en situation de handicap, peut être déstabilisante si l'on n'est pas assez bien préparés.

Tout d'abord, connaître la loi

Par où commencer ? Quels sont vos droits ? Où trouver les bons interlocuteurs pour permettre l'entrée en douceur dans le monde de l'école, pour nos enfants qui ne demandent qu'à trouver pleinement leur place, comme tous les autres ?

La loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, s'attache à encadrer la scolarisation des enfants en situation de handicap. Elle y associe des équipes de suivi, des enseignants référents et la mise en place des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH). Ce texte réforme la loi d'orientation en faveur des personnes handicapées du 30 juin 1975 et se fonde sur les principes généraux de non-discrimination, en souhaitant assurer à toutes les personnes handicapées la possibilité de choisir leur projet de vie.

Bien préparer la scolarisation de son enfant

Scolariser mon enfant, très bien, mais comment m'y prendre ? Ne nous effrayons pas de la farandole de sigles présents sur les sites dédiés à l'intégration des enfants en situation de handicap ! Ils renvoient à des dispositifs utiles pour nous accompagner dans nos démarches et répondre à nos questions.

Par où commencer ?
La première chose que vous pouvez faire est d'entrer en contact avec la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre département. En effet, la mission de la MDPH est d'accompagner les personnes en situation de handicap dans leurs démarches. Elle constitue ainsi un interlocuteur précieux pour la scolarisation de votre enfant, et ce dès le début du processus de scolarisation.
Il faut savoir que la MDPH fonctionne comme un guichet unique ; elle sera votre appui, quelle que soit votre demande. Au sein des MDPH, les CDAPH (Commissions des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées) prennent toutes les décisions relatives à l'orientation de l'enfant en situation de handicap et l'accompagnent dans son insertion scolaire. Les Commissions désignent également les établissements répondant aux besoins de l'élève.

Un travail d'équipe
Derrière tous ces sigles, ce sont d'abord des professionnels qui vont vous conseiller et chercher la meilleure solution pour votre enfant. Néanmoins, au-delà de leur expertise, vous serez pleinement associé à cette élaboration. Deux documents vont être essentiels durant sa scolarité : le PPS (Projet Personnel de Scolarisation) et le formulaire Geva-Sco.
Les équipes des MDPH, ainsi que les équipes éducatives des écoles, utilisent le formulaire Geva-Sco afin d'évaluer les besoins de votre enfant. Conçu comme un outil de communication entre les différentes personnes qui contribuent à son insertion scolaire, ce formulaire a été créé dans le but d'harmoniser les procédures d'évaluation.
D'autre part, le PPS va être la feuille de route de la scolarisation de votre enfant. Il définit les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales et va le suivre tout au long de son apprentissage.

Et ensuite ?
De la maternelle au secondaire, votre enfant va évoluer dans un environnement adapté, qui aura été choisi avec soin par la MDPH et vous-même.

Depuis 2015, les CLIS (Classes pour l'Inclusion Scolaire), unités au sein des écoles dédiées aux élèves handicapés, ont été remplacées par les ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire), déjà en vigueur dans les collèges et lycées.
Les ULIS permettent aux élèves porteurs de handicap d'être scolarisés dans des classes comprenant 12 élèves maximum, encadrés par des enseignants spécialisés, et également de suivre certains enseignements en classe ordinaire avec un accompagnement spécialisé, selon leurs besoins.
Les objectifs recherchés de ce " regroupement " sont l'autonomie personnelle et sociale de l'élève, la compréhension des règles de la société, ainsi que la construction d'un projet professionnel. Les ULIS font partie entièrement de l'établissement qui reçoit les élèves, ce qui permettra à votre enfant de se sentir pleinement intégré dans la vie de son établissement et de se sociabiliser avec les autres enfants.

Et les transports ?
Là aussi, il existe des solutions. Si votre enfant ne peut se rendre à l'école par les transports dédiés aux élèves, parlez-en avec son chef d'établissement. Celui-ci fera une demande auprès du département afin qu'un transport adapté soit mis en place et pris en charge financièrement.

Les outils numériques
La révolution digitale, qui touche notamment les objets connectés, a permis l'apparition d'outils efficaces pour accompagner les enfants en situation de handicap durant leur apprentissage. Le cartable connecté, par exemple, permet de garder le lien entre les élèves, en luttant contre l'isolement de ceux qui ne sont pas ou plus en classe, en raison de contraintes extérieures. Tous les ans, l'A2RNE (Accessibilité et Adaptabilité des Ressources Numériques pour l'École) publie les bonnes pratiques en matière d''accessibilité et d'adaptabilité des ressources numériques pour l'école. Vous trouverez également des informations sur le sujet sur le portail de l'Éducation nationale (www.eduscol.education.fr). Par ailleurs, les professeurs sont souvent au fait de l'évolution des outils numériques à l'usage de leurs élèves : il ne faut pas hésiter à leur en parler.

Préjugés et exclusion

Comme beaucoup de parents, vous avez peur que votre enfant souffre d'exclusion et de préjugé à son égard ? C'est tout à fait naturel. C'est d'ailleurs tout l'enjeu du principe de l'école inclusive. La loi de 2005 y est pour beaucoup et son bilan semble positif. Preuve concrète, la disparition des CLIS, qui ne répondaient pas totalement à la volonté d'un parcours de formation des élèves en situation de handicap se déroulant prioritairement en milieu scolaire ordinaire.
Néanmoins, pour devenir plus inclusive, l'école doit parvenir à former les enseignants et éduquer les enfants qui ne souffrent d'aucun handicap, pour les accompagner dans l'accueil de leurs camarades. Au niveau pédagogique, l'inclusion et le partage permettent, entre autres, d'apprendre le respect, la diversité, l'entraide, et provoquer l'émulation.

Une forte progression(1)
56 % des élèves en situation de handicap sont scolarisés en classe ordinaire, avec 280 000 élèves en 2016 contre 133 838 en 2004, ce qui marque une excellente évolution.

Depuis 2005, l'État français entend mieux intégrer les élèves en situation de handicap et prendre en compte les difficultés des familles. Si scolariser un enfant en situation de handicap reste encore aujourd'hui un parcours difficile, l'école inclusive est remplie d'espoir, permettant de ne plus exclure certains élèves en leur donnant la possibilité de faire partie intégrante d'un établissement et d'une vie de classe.

RETOUR AUX ARTICLES PRÉVENTION

Nos offres en lien avec ce sujet

Assurance
Famille

L'assurance accident qui protège toute la famille

Assurance scolaire et extrascolaire incluse

À partir de

9,95
  • /mois

Découvrir l'offre

Assurance
Génération

L'assurance de l'enfant, de la naissance jusqu'à la fin des études