Téléphoner ou conduire, il faut choisir !

Selon l'Association des sociétés françaises d'autoroute (Asfa), 40 % des 25-35 ans envoient des SMS ou des mails en conduisant (1). Et plus de la moitié des conducteurs affirment passer des coups de fils au volant.
C'est pourtant une très mauvaise idée : utiliser son portable en conduisant multiplie par 3 le risque d'accident.

Tous accros au téléphone en voiture ?

Près de 60 % des conducteurs téléphonent au volant et 31 % lisent immédiatement mails, SMS ou notifications (actualités, réseaux sociaux, etc.) arrivant sur leur portable.

Selon l'Asfa, qui a mené cette étude auprès de 2 000 conducteurs, ces chiffres sont en nette hausse.
Même si le profil type de l'utilisateur du portable au volant est un cadre supérieur engloutissant plus de 50 000 km par an pour raisons professionnelles, l'usage du smartphone en voiture touche toutes les classes d'âges.
Si près de 20% des conducteurs interrogés déclarent envoyer des SMS ou des mails en conduisant, ce chiffre grimpe à plus de 40% chez les 25-35 ans, encore plus connectés.

Pourquoi il ne faut surtout pas le faire

La voiture est devenue un bureau nomade et connecté. Beaucoup passent leurs appels, avec ou sans kit mains libres.
L'usage de l'oreillette n'y change pas grand chose : cette pratique, dangereuse car elle n'évite pas la déconcentration, est interdite.
Le risque est maximal au moment où le conducteur décroche son téléphone. Plus l'échange est long, plus le risque augmente. À 130 km/heure, 15 secondes passées au téléphone représentent plus de 500 mètres en état de déconcentration.

Téléphoner ou communiquer par mail ou SMS en voiture produit les mêmes effets : peu attentif à ce qui nous entoure, on ne regarde plus sa route ou plus aussi bien.
Etre un conducteur aguerri n'y change rien, cela ne met pas à l'abri du danger !
On reconnaît souvent le véhicule dont le conducteur est occupé à téléphoner ou à rédiger des messages aux ralentissements ou aux embardées qu'il effectue... Cela ressemble parfois au comportement routier d'un automobiliste sous l'emprise d'alcool ou de cannabis !
En général, le temps de réaction d'un conducteur face à un danger ou à une situation anormale est estimé à 1 seconde.
La personne très concentrée aura un temps de réaction moindre (environ 0,5 seconde) alors que celle qui est distraite aura un temps de réaction plus élevé, jusqu'à 2 secondes.

image

Dangers au volant

Adoptez les bons réflexes

Afin que votre téléphone reste votre meilleur ami en voiture, voici quelques conseils :

  • Mettez-le en mode silencieux et évitez de le placer à portée de vue. L'apparition d'une notification à l'écran vous fera détourner votre regard de la route.
  • Si vous devez vous servir d'un GPS sur votre téléphone, veillez à rentrer votre trajet avant de prendre la route et posez votre appareil sur un socle adapté.
  • Un coup de fil urgent ? Garez-vous dans un endroit prévu pour le stationnement : un espace délimité en bordure de route, une aire d'autoroute...
  • Si vous êtes accompagné, demandez à un passager de répondre, de lire les SMS ou les mails à votre place.
  • Si vous appelez une personne et que vous vous apercevez qu'elle est au volant, mettez fin, de vous-même, à la conversation.

Ce que dit le code de la route

L'article R412-6-1 du code de la route interdit "l'usage d'un téléphone portable, tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation".
Depuis juin 2015, "le port à l'oreille de tout dispositif susceptible d'émettre du son" - à l'exception des appareils électroniques correcteurs de surdité - est également proscrit.
Motards et cyclistes sont aussi concernés. Seules exceptions : les policiers, gendarmes, douaniers, pompiers et ambulanciers.
Sauf à faire partie de l'une de ces catégories, téléphoner au volant, c'est prendre des risques et en faire prendre aux autres.
C'est aussi s'exposer à une amende de 135 € et au retrait de 3 points du permis de conduire.
Les cyclistes risquent la même amende, sans le retrait de points.

Alors, lorsque vous conduisez, résistez à la tentation de décrocher votre téléphone ou de lire vos messages...Cela peut attendre. Si vous êtes angoissé à l'idée de rater quelque chose, il sera peut-être plus difficile de vous convaincre. Pourtant, c'est vrai, aucune information, si importante soit-elle, ne mérite de sacrifier votre sécurité et celle des autres.


(1) Enquête réalisée auprès de 2 000 conducteurs pour l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (Asfa) publiée le 22 novembre 2016.
(2) Étude Téléphone et sécurité routière - expertise collective de l'Institut français des sciences et technologies des transports de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), avril 2011.
(3) Virginia Tech Transportation Institute (VTTI), http://www.distraction.gov/, official US Government website for Distracted Driving.
(4) www.preventionroutiere.asso.fr (30 mars 2016).

RETOUR AUX ARTICLES PRÉVENTION

Nos offres en lien avec ce sujet

Assurance
Famille

L'assurance des enfants et des parents.

9,50
  • /mois

Découvrir l'offre

Assurance
Génération

L'assurance de l'enfant, de la naissance jusqu'à la fin des études