Ce site est réservé à l'Assurance Scolaire Maternelle pour la Rentrée 2014/2015. Pour toute autre information ou adhésion, rendez-vous sur MAE.FR

INFOS Parents

SPÉCIAL MATERNELLES

Rentrée 2014/2015

En France, l'école maternelle accueille les enfants à partir de 2 ou 3 ans jusqu'à 6 ans, avant la scolarité obligatoire.
On distingue souvent école maternelle et école primaire : l'école maternelle ne comprend que les classes de maternelle, de la petite à la grande section. L'école primaire comprend les classes maternelles ET les classes élémentaires, de la petite section au CM2.
Ce sont les communes qui gèrent le fonctionnement des écoles maternelles. Ainsi, si vous souhaitez inscrire votre enfant, c'est à la mairie de votre domicile qu'il faut vous adresser avant toutes démarches auprès de l'école.
À travers cet Infos Parents, la MAE souhaite vous accompagner dans vos premiers pas de parents d'élèves...Oui, votre tout-petit va devenir élève !

Inscrire son enfant à l'école maternelle
Démarches et formalités



Si « l'école maternelle n'est pas obligatoire [...] les parents qui vivent en France peuvent inscrire leur enfant, quelle que soit sa nationalité, dans une école publique ou privée [...] dès ses 3 ans » (Consultez l'article : Inscription à l'école maternelle sur service-public.fr).


Par ailleurs, « l'enfant qui a atteint l'âge de 2 ans peut également être admis dans la limite des places disponibles et à condition qu'il soit prêt physiquement et psychologiquement (en particulier au niveau de la propreté diurne) à fréquenter l'école ». Les moins de 3 ans sont admis « en priorité dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé ([...] particulièrement en zone d'éducation prioritaire) », ceci afin de « favoriser la réussite scolaire, en particulier lorsque, pour des raisons sociales, culturelles ou linguistiques, la famille est éloignée de la culture scolaire ». (voir BO n°3 du 15 janvier 2013).


Pour inscrire votre enfant dans une école publique en maternelle, il faut d'abord vous rendre à la mairie de votre domicile.

L'inscription doit être faite au plus tard au mois de juin précédant la rentrée scolaire. Mais attention : dans la plupart des communes, les inscriptions débutent dès le mois de mars !


À la mairie, vous devrez présenter les documents suivants :


  • le livret de famille, une carte d'identité ou une copie d'extrait d'acte de naissance.
  • un justificatif récent de domicile.
  • un document attestant que l'enfant a subi les vaccinations obligatoires pour son âge (en l'occurence, le vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, aussi appelé DTP) ou justifie d'une contre-indication.

Souvent, les mairies exigent également une attestation d'assurance scolaire, surtout si vous souhaitez inscrire votre enfant à la cantine et/ou à la garderie du matin ou du soir. C'est pourquoi, la MAE vous propose dès aujourd'hui de souscrire un contrat d'assurance scolaire pour la rentrée 2014.


Une fois le dossier complété, la mairie vous délivrera un certificat d'inscription vous indiquant l'école d'affectation de votre enfant. Sachez qu'il est possible de demander une dérogation si vous souhaitez l'inscrire dans une école maternelle autre que celle dont vous dépendez.
Enfin, après avoir pris rendez-vous avec le directeur ou la directrice de l'école, vous validerez l'inscription auprès de l'établissement d'accueil en fournissant le certificat remis par la mairie.


À savoir : en cas de difficultés d'inscription, vous pouvez vous adresser à la Direction des services départementaux de l'éducation nationale (ex-inspection académique) qui vous aidera à trouver une solution.



Mon enfant entre en maternelle
Tout faire pour le rassurer



La première rentrée d'un enfant à l'école maternelle, c'est autant d'émotions pour les enfants... que pour les parents ! Comment faire pour que son entrée à l'école se passe bien ? Pas de recette miracle car chaque enfant est différent mais quelques astuces tout de même...


Bien sûr, si votre enfant a été gardé en crèche, la vie en collectivité ne devrait pas l'effrayer. De même, s'il a un grand frère ou une grande soeur déjà scolarisés, votre petit dernier sera certainement plus enclin à aller sereinement à l'école.
Cependant, maîtres et maîtresses, malgré l'aide des ATSEM (les personnes qui aident les enseignants), ne peuvent porter la même attention que les puéricultrices qui travaillent en plus grand nombre.


Alors, la rentrée en maternelle, ça se prépare !
Pas trop longtemps à l'avance car, à 3 ans, difficile de se projeter loin dans le futur.
Deux à trois semaines avant, cela suffit largement.
Vous pouvez commencer à lui en parler (lui dire comment vont s'organiser ses journées par exemple) sans pour autant lui dire que « maintenant, il va être grand »... cela risque de lui imposer une pression inutile.
Il est aussi important de lui montrer l'école, même de l'extérieur, de faire avec lui le trajet que vous serez amenés à faire à partir de la rentrée. Vous pouvez également lui lire des livres où l'univers de l'école est présent.
Le jour J, les parents sont souvent angoissés... alors forcément, les enfants aussi ! Respirez, dédramatisez ! Il faut que votre enfant vous sente en confiance pour être rassuré.
Levez-le suffisamment tôt pour qu'il ait le temps de prendre un bon petit déjeuner, habillez-le avec des vêtements confortables et qui lui plaisent. Prévoyez son sac avec son doudou - ils sont encore autorisés en petite section - et peut-être aussi du change.
À l'école, trouvez le juste équilibre pour dire au revoir : il ne faut ni partir à la sauvette, ni éterniser les au revoir. Après l'avoir embrassé, dites-lui quand vous viendrez le chercher, à quelle heure, et ce que vous ferez tous les deux en rentrant.


Les premières semaines, n'hésitez pas à porter une attention particulière à votre tout jeune écolier. Intéressez-vous à sa journée pour savoir ce qu'il a fait, ce qui lui a plu, etc. Et ne soyez pas étonné de retrouver votre enfant fatigué. Les maîtres et les maîtresses vous le diront : le changement de rythme et la vie en collectivité sont très fatigants pour les plus jeunes.


Devenir élève - Être parent d'élève
Un véritable apprentissage



L'école maternelle a pour objectif d'aider chaque enfant à découvrir le monde, s'approprier le langage, à agir et s'exprimer avec son corps, à découvrir l'écrit, à percevoir, sentir, imaginer, créer...et à devenir élève (Voir Arrêté du 9 juin 2008 fixant les programmes d'enseignement de l'école primaire).
La petite et la moyenne section de maternelle forment le cycle 1, ou « cycle des apprentissages premiers ».
La grande section de maternelle fait partie du cycle 2, ou « cycle des apprentissages fondamentaux », avec le CP et le CE1.



Devenir élève est inscrit dans les programmes de l'école maternelle. Vivre avec les autres en collectivité, apprendre à respecter des règles, appréhender sa place dans l'école par rapport aux autres élèves et aux adultes présents, comprendre ce qu'est l'école... autant d'objectifs qui devront être atteints progressivement jusqu'en dernière année de maternelle.


Étre parent d'élève, c'est accompagner votre enfant tout au long de sa scolarité. Être attentif à son hygiène de vie (repas, sommeil, activités...), c'est déjà lui permettre d'être disponible pour apprendre. Mais c'est aussi en vous tenant informé de ce qui se passe dans l'école et dans la classe, en multipliant les occasions d'y être présent et en soutenant les équipes pédagogiques, que vous deviendrez membre actif de la communauté éducative.
Pour participer encore plus à la vie de l'école, vous pouvez vous présenter aux élections des représentants de parents d'élèves. Leur rôle est d'assurer un lien entre l'équipe éducative (directeur, enseignants, médecin scolaire et assistante sociale) et les autres parents. Les élections des représentants de parents d'élèves ont lieu chaque année, mi-octobre. Vous serez de toute façon informés par la ou les associations de parents d'élèves présentes dans l'école lors des réunions traditionnellement organisées en début d'année scolaire par les équipes éducatives.


À savoir : La MAE est partenaire de la FCPE, la Fédération des Conseils de Parents d'Élèves, depuis plus de 20 ans. La FCPE est présente dans la plupart des écoles et des établissements où elle participe à la vie scolaire pour défendre l'intérêt des enfants et représenter les parents.


La scolarisation des enfants en situation de handicap

La scolarisation, dès la maternelle, d'un enfant handicapé, comme tout autre enfant, est un droit. La loi précise que le parcours de formation de l'élève s'effectue en priorité en milieu scolaire ordinaire, dans son établissement scolaire de référence. D'ailleurs, chaque enfant handicapé doit être inscrit dans l'école de son quartier, qui peut ou non l'accueillir, mais qui devient son établissement de référence dans le cadre de son suivi de scolarisation.


Au moment de scolariser leur enfant, les parents peuvent se tourner vers deux interlocuteurs privilégiés :


  • L'enseignant référent du secteur chargé de l'accueil et de l'information de l'élève handicapé ou de ses parents lors de son inscription dans une école ou un établissement scolaire;
  • La MDPH de leur département, dont la mission principale est d'offrir aux personnes handicapées ainsi qu'à leurs familles la possibilité d'accéder aux principaux droits et prestations favorisant l'accueil et l'accompagnement de ces derniers.

C'est avec la MDPH de leur département que les parents définiront un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) pour leur enfant. Le rôle du PPS est de définir les modalités de déroulement de la scolarité et les actions pédagogiques, psychologiques, éducatives, sociales, médicales et paramédicales répondant aux besoins particuliers de l'enfant. Le PPS permet ensuite d'orienter l'enfant vers la structure la plus adaptée à son handicap.


S'il ne nécessite pas une prise en charge par une institution spécialisée (comme les Instituts médico-éducatifs, aussi appelé IME), plusieurs solutions sont envisageables :


  • Votre enfant peut être scolarisé avec les autres élèves, à l'école maternelle, en milieu scolaire ordinaire.
  • Si nécessaire, avec le soutien d'Auxiliaires de vie scolaire (AVS) ou des Services d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD).
  • Il peut aussi être accueilli dans ce que l'on appelle une classe pour l'inclusion scolaire (CLIS) s'il présente un handicap du type déficience visuelle, auditive, motrice ou des troubles de la fonction cognitive. Ces classes, implantées au sein d'une école, ne comptent pas plus de 12 élèves.



Liens utiles

Éducation nationale Inscription à l'école maternelle
Service Public Inscription à l'école maternelle
education.gouv.fr Le guide pratique des parents mon enfant à l'école
Unapei Scolariser un enfant handicapé
EduSCOL Guide Scolariser les élèves handicapés
Maison Départementale des Personnes Handicapées MDPH
Association des parents d'élèves FCPE

ASSURANCE
SCOLAIRE

MATERNELLES 2014/2015


Adhésion en ligne
Paiement sécurisé par carte bancaire
Réception immédiate de l'attestation par email

Prévention


Pour aider les parents à transmettre
aux enfants, dès leur plus jeune âge,
des réflexes et de bonnes habitudes pour limiter les risques d'accidents (sur la route, à la maison...), MAE SOLIDARITÉ développe des outils pédagogiques de prévention à destination des écoles et des jeux ludo-éducatifs pour les enfants. Rendez-vous sur le site dédié,
mae-prevention.org

Activités Périscolaires et assurances


La réforme des rythmes scolaires complexifie la question de l'assurance scolaire; d'où l'importance et la nécessité pour tous les enfants d'être intégralement protégés. Bonne nouvelle pour les adhérents MAE ! Fidèle à ses engagements mutualistes, la MAE protège toujours les enfants dès 9,90 € par an, y compris durant les activités périscolaires mises en place dans le cadre de cette réforme.

aller en haut de la page