Les aliments à éviter sur la table du goûter

Les aliments à éviter sur la table du goûter

Bonbons, sodas, pâte à tartiner... les aliments chouchous de nos enfants sont régulièrement décriés pour leur potentielle dangerosité. Alors, doit-on les bannir définitivement de nos placards ? Nous vous aidons à faire le point.

Les bonbons dans le collimateur

Comme le rappelle une étude publiée en novembre 2016 dans 60 millions de consommateurs(1), la liste des additifs chimiques présents dans les bonbons de nos enfants est longue.
La gélatine contenue dans les sucreries est fabriquée à base de graisses de porc, issues de leurs carcasses et de leurs peaux. Mais ce n'est pas tout, les recettes contiennent également acidifiants, gélifiants, colorants...

Mais êtes-vous prêts pour autant à leur interdire tout bonbon ? Si limiter les sucreries est important, les prohiber totalement peut sembler un peu radical. Pourquoi ne pas apprendre plutôt à déchiffrer les étiquettes des paquets de bonbons ?

Le sucré

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixe la limite de consommation de sucre à 50 grammes par jour. Ce seuil tient compte des sucres cachés dans les produits préparés et les bonbons.
Le sucre provoque caries, obésité et parfois diabète lorsqu'il est remplacé par du fructose (moins cher que le sucre blanc et plus sucrant).
Consommé en trop grande quantité, ce dernier augmente le taux de triglycérides (lipides composés d'acides gras et de glycérol stockés, formés à partir des graisses que nous consommons et retenus dans les tissus adipeux) qui favorisent à long terme les maladies cardiovasculaires.

L'acide

L'acidité n'est pas non plus bonne pour la santé.
L'acide citrique (E330) et l'acide malique (E296) qui permettent d'obtenir le goût acidulé de certains bonbons peuvent provoquer des troubles gastro-intestinaux, des caries et une déminéralisation de l'émail des dents.

Chasse aux cancérigènes et allergènes

Nanoparticules, risque d'allergies, cancérogènes potentiels... les risques sont réels selon les résultats de l'enquête menée par l'association 60 millions de consommateurs et publiée dans leur magazine(2).
Sur les 22 colorants identifiés présents dans les bonbons, 5 seraient particulièrement mauvais pour la santé au vu des avis émis par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui se prononce sur les additifs avant leur mise sur le marché.

Les bonbons colorés sont ceux que vos enfants préfèrent ?
Attention, apprenez à reconnaître les composants et les dangers potentiels selon leur couleur.

Les enrobages blancs des bonbons proviennent souvent des colorants E170 (calcaire) et E171 (dioxyde de titane). Ces additifs pourraient contenir des nanoparticules potentiellement dangereuses pour la santé.
Selon une étude publiée par Agir pour l'environnement(3), plus de 100 sucreries en contiendraient, parmi lesquelles de grandes marques de bonbons et de chewing-gum, ainsi que certains gâteaux plébiscités par les enfants.

Les bonbons très rouges contiennent du E120 (ou acide carminique), un colorant très prisé utilisé par les confiseurs industriels et fabriqué à partir d'un insecte d'Amérique du Sud appelé cochenille. Ce colorant peut provoquer des réactions allergiques plus ou moins graves.

Le soda dans tous ses états

Parmi les aliments décriés, les sodas figurent en bonne place.
Au-delà des quantités de sucres impressionnantes qu'ils contiennent (une canette représente l'équivalent de 9 morceaux de sucre !) et des risques d'obésité et de diabète, beaucoup de leurs composants ne sont pas sans effet sur notre santé et celle de nos enfants.

Le plus célèbre des sodas contient du phosphore (acide phosphorique à 0,05 %), ce qui impacte l'équilibre entre phosphore et calcium dans notre corps.
Si votre enfant consomme trop de phosphore, il évacuera du calcium avec, à terme, des risques de calculs rénaux et d'ostéoporose (os moins denses donc moins solides) parfois précoce.
Cet acide phosphorique peut également générer un inconfort gastrique et donner des maux de ventre à vos petits buveurs de sodas.

Cette boisson, dans sa version générique, contient également de la caféine, qui excite et déshydrate, fortement déconseillée pour les enfants !
Enfin, on retrouve encore dans cette boisson les colorants E150c et E150d issus de l'ammoniaque et du sulfite.

Du caramel qui trompe énormément

Ces 2 colorants ont la couleur du caramel, la saveur du caramel, mais ne sont pas du caramel ! Ils sont même très différents !!
E150c et E150d (de leur petit nom " caramel ammoniacal " et " caramel IV "), consommés en grandes quantités, augmentent les risques cardiaques, immunitaires et cancérigènes, avec un risque de surpoids.

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), ainsi que certaines associations comme le Center for Science for the Public Interest (CSPI), qui a publié une étude sur le sujet(4) sont en guerre contre l'utilisation de ces colorants dans les sodas.

De son côté, l'agence européenne EFSA ne conclut pas aujourd'hui à un risque cancérigène de ces colorants caramel et fixe le seuil de consommation bien au-delà de ce que contiennent une ou deux canettes de sodas ou une poignée de bonbons au goût caramel.

Huile de palme et chocolat

En mai 2016, une étude réalisée par l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA)(5) révélait que l'huile de palme, l'un des composants essentiels d'une célèbre pâte à tartiner au chocolat, était potentiellement cancérogène. Cette annonce a fait l'effet d'une bombe dans l'univers chocolaté de l'industriel concerné et dans nos frigos...

Alors qui croire ?

L'EFSA, elle, est convaincue que les 45 % d'acides gras saturés contenus dans l'huile de palme rendent cette pâte à tartiner dangereuse pour la santé. Les acides gras peuvent en effet provoquer des problèmes cardiovasculaires. Elle appelle donc à des recherches plus poussées sur la question.
Dans le doute, peut-être faut-il donc en limiter la consommation : pas tous les jours au petit déjeuner ou au goûter, mais le réserver seulement pour des occasions particulières.

Il apparaît donc bon pour nos enfants de limiter leur consommation de sucreries et de produits gras, non seulement pour des questions d'équilibre alimentaire, mais également parce que, comme nous venons de le voir, les composants de ces produits ne sont pas tous bons pour la santé, loin de là !
Qu'ils restent associés à la fête et demeurent l'exception semble être le plus avisé des conseils.

Sources

(1) et (2) : Étude " Test de bonbons ", résultats publiés dans édition 60 millions de consommateurs du 15/11/2016.
(3) : Étude réalisée par l'association Agir pour l'environnement dont les résultats ont été publiés le 27 octobre 2016 par voie de communiqué de presse.
(4) : Center for Science for the Public Interest (CSPI) "Lab Tests Find Carcinogen in Regular and Diet Coke and Pepsi".
(5) : Article " contaminants liés aux processus de transformation dans les huiles végétales et les aliments " publié le 3 mai 2016 et " Scientific Opinion on there-evaluation of caramel colours (E150 a, b, c et d) as food additives - EFSA.

RETOUR AUX ARTICLES PRÉVENTION

Nos offres en lien avec ce sujet

Assurance Famille Plus

Assurance Famille Plus

L'assurance qui accompagne la famille face aux aléas de la vie

Assurance scolaire et extrascolaire incluse

À partir de

12,15
/ mois
DÉCOUVRIR L'OFFRE

Assurance Extrascolaire

L'assurance scolaire qui s'étend à toutes les activités de votre enfant

Centre de loisirs, sport, musique, vacances

* Pour toute 1ère adhésion d'un enfant scolarisé en maternelle

38,50
/ an
DÉCOUVRIR L'OFFRE

En poursuivant votre navigation sur mae.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies, destinés à ameliorer les performances de notre site et à vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'interêt. Pour en savoir plus et personnaliser vos cookies, consultez notre page Vie privée et cookies