Snapchat : on vous dit tout sur ce réseau social pour protéger votre enfant des risques

Snapchat : on vous dit tout sur ce réseau social pour protéger votre enfant des risques

Vous avez un ado à la maison ? Il y a de grandes chances qu'il ait un compte sur Snapchat. En tant que parent, il est nécessaire de comprendre un peu mieux le fonctionnement du réseau social afin de pouvoir paramétrer son utilisation. Découvrez comment protéger votre enfant des risques liés à Snapchat !

Snapchat, le réseau social incontournable des ados

8e application mobile la plus téléchargée en France sur Android ou IOS en 2021, Snapchat compte 25 millions d'utilisatrices et utilisateurs actifs mensuels en 2022, selon Digimind. C'est le média social préféré des jeunes : 82 % des 15-24 ans s'en servent quotidiennement, devant Instagram (69 %), Facebook et TikTok (40 %).

Parmi les plateformes sociales les plus populaires auprès des enfants, Snapchat se classe :

  • En 1re position chez les 11-14 ans,
  • En 3e position chez les 15-18 ans, derrière Instagram et YouTube.
82 % des 15-24 ans utilisent Snapchat au quotidien

Toujours d'après Digimind, les filles sont plus friandes de Snapchat que les garçons, même s'ils restent nombreux à s'y rendre.

Pourquoi Snapchat attire les enfants : fonctionnement et intérêt

Initialement, le concept de Snapchat repose sur le partage de photos privées de personne à personne. Au fil des années, le réseau social s'est enrichi de plusieurs fonctionnalités.

Désormais, votre adolescent ou adolescente peut notamment utiliser Snapchat pour :

  • Envoyer de courtes vidéos.
  • Engager un chat vidéo en direct avec un groupe d'amies et d'amis.
  • Échanger par messagerie avec des camarades.
  • Créer un avatar personnalisé Bitmoji à son image (ou pas).
  • Partager une story à l'ensemble de ses abonnées et abonnés.
  • Transmettre sa géolocalisation grâce à la carte Snap Map.
  • Renseigner son profil astrologique, etc.

Il existe même une zone « Discover » qui présente le contenu en format court de grands éditeurs comme Le Monde, Cosmopolitan, etc. Bien entendu, les célèbres filtres amusants ou embellissants qui font la renommée de Snapchat sont toujours disponibles, pour le plus grand plaisir des enfants.

Bon à savoir : l'originalité de Snapchat réside dans la nature éphémère du contenu envoyé. En effet, votre enfant ne peut pas consulter à nouveau « un snap » ou un message s il a déjà été visualisé ou lu deux fois. Le contenu s'autodétruit, tout simplement.

Les risques du réseau social Snapchat pour votre enfant

Malgré son côté ludique, Snapchat présente des risques pour les enfants qui l'utilisent.

L'exposition à du contenu inapproprié

En France, l'accès aux réseaux sociaux est officiellement interdit aux enfants de moins de 13 ans. Votre petit n'a pas encore soufflé sa treizième bougie ? En théorie, il ne peut donc pas s'inscrire sur Snapchat. Mais la réalité est tout autre, car de nombreux préados sont déjà présents sur la plateforme, comme le révèle la 7e édition du baromètre Born Social. Selon l'étude, 54,5 % des mineurs de 11 et 12 ans fréquentent l'application. Pour cette « génération fantôme », telle que la surnomme Emmanuel Berne - directeur associé du pôle consulting de l'agence Heaven -, Snapchat représente le premier jouet numérique des enfants. Ces derniers s'en servent principalement pour les filtres rigolos qui déforment le visage, avec ou sans leurs parents.

Pourquoi « génération fantôme » ? Le logo de l'application Snapchat est un petit fantôme !

Plus de la moitié des enfants de 11 et 12 ans sont sur Snapchat

Toutefois, l'accès à l'application n'est pas sans danger pour les très jeunes enfants, qui peuvent tomber sur du contenu inapproprié ou dangereux. D'autant plus qu'il est relativement aisé de mentir sur son âge pour se créer un compte, et entrer ainsi en contact avec d'autres adolescentes ou adolescents plus âgés.

Le phénomène d'addiction

Snapchat propose des fonctionnalités attractives pour les petits, mais également pour les ados. Sa polyvalence est sans conteste sa force première, car elle permet de répondre aux attentes des jeunes générations Z et Alpha - qui évoluent rapidement selon les stades de l'enfance.

ZOOM :

  • Génération Z : personnes nées entre 1995 et 2010. Elle est définie comme une génération née alors que les communications numériques étaient déjà bien installées dans la société
  • Génération Alpha : la première à être née entièrement au XXIe siècle. La plupart des membres de la génération Alpha sont les enfants des millénials.

Au-delà des filtres ludiques, d'autres services disponibles sur Snapchat peuvent ainsi facilement rendre nos ados accros. Par exemple, depuis 2015, des émojis sont apposés à côté du nom d'un ami. Par exemple, une émoticône « bébé » pour une utilisatrice que l'on vient d'ajouter, ou encore un cœur jaune quand les deux personnes sont « meilleures amies ». Mais attention, en l'espace de 24 heures, tout se volatilise. On devine donc que ce genre de procédé peut vite créer une dépendance chez les enfants, et les pousser à retourner sans cesse sur l'appli pour « prouver » leur fidélité amicale.

image

Le système de flammes, entre autres, peut tourner à l'obsession. Le principe : si le symbole « feu » suivi d'un chiffre apparaît près du nom d'un camarade, cela signifie que votre enfant et cet ami se sont échangé des snaps durant X jours consécutifs. Lorsque ce « mode Snapstreak » dure depuis 100 jours ou plus, la flamme se transforme en émoji « 100 ».

Ce phénomène d'addiction peut nuire à long terme à la concentration, et à la santé mentale et physique des enfants. Il est important de les accompagner le plus tôt possible en leur apprenant la modération et le respect de la vie privée, ainsi qu'en leur rappelant votre soutien en cas de problème en ligne.

Le culte de l'image chez les ados

Avec les médias sociaux et particulièrement Snapchat, le but des adolescentes et adolescents est de montrer aux autres qu'ils mènent une vie géniale, ce qui les rend d'ailleurs addicts à cet univers virtuel. Certains jeunes en quête de reconnaissance pourraient alors se retrouver dans des situations dangereuses pour se faire accepter d'un groupe, se faire des amis, ou « améliorer » leur image. Il ne faut pas oublier que l'adolescence est une période difficile, surtout pour celles et ceux qui n'ont pas confiance en elles ou en eux.

La publicité cachée

De nombreux influenceurs et influenceuses utilisent Snapchat afin de montrer à leur communauté leur vie quotidienne « presque normale », mais aussi pour y faire des placements de produits. En effet, ces stars du Web travaillent en partenariat avec des marques qui les rémunèrent en échange d'une visibilité sur les réseaux sociaux, dont Snapchat. Selon la loi française, tout contenu sponsorisé en ligne doit être signalé. Mais certaines personnalités ne jouent pas le jeu, à l'image de Nabilla, condamnée en 2021 à 20 000 euros d'amende pour une publicité déguisée sur Snapchat.

L'usage malveillant des snaps pour exposer la vie privée

Grâce à l'instantanéité, votre enfant peut être tenté de ne pas beaucoup réfléchir avant d'envoyer une photo. Peu importe si elle est « sensible », mal cadrée ou qu'elle ne le met pas en valeur : elle s'autodétruit. Sauf que les destinataires peuvent faire des captures d'écran, et ainsi enregistrer le cliché. Le problème est que celui-ci peut potentiellement être partagé publiquement, par exemple dans un esprit de vengeance, ou pour se moquer de votre petit en l'humiliant sur le réseau social.

Dans le doute, il vaut mieux prévenir votre enfant afin qu'il ne se fasse pas avoir. Et si Snapchat est censé l'avertir en cas de capture d'écran, il existe des techniques pour procéder en toute discrétion ! N'oublions pas que sur Internet, tout peut ressortir...

image

Le cyberharcèlement

Comme tous les réseaux sociaux, Snapchat expose les enfants au risque de cyberharcèlement. C'est ce que pointe, entre autres, la co-présidente d'une commission sénatoriale américaine ayant eu lieu en octobre 2021. En effet, Marsha Blackburn rapporte que « ces applications ont [...] été mal utilisées pour s'en prendre aux enfants et promouvoir des actes destructeurs, comme le vandalisme à l'école, des défis viraux qui font risquer la mort, le harcèlement, les troubles de l'alimentation [...] et le détournement de mineurs. »

En tant que parent, vous pouvez sensibiliser vos enfants à ces menaces, en prenant le temps d'en discuter avec eux. L'idée est de les alerter sur les risques afin qu'ils évitent de se mettre en danger, et qu'ils se sentent suffisamment en confiance pour faire appel à vous en cas de problème.

Par ailleurs, Snapchat a développé un outil de prévention pour permettre aux parents de surveiller l'activité de leur enfant sur l'application mobile. Ce système de contrôle parental baptisé « Family Center » vous donne accès à l'ensemble des contacts de votre fille ou garçon. Il est également possible de visualiser les personnes avec lesquelles votre ado a interagi durant les 7 derniers jours. En revanche, vous ne pourrez pas accéder au contenu des conversations, qui demeurent confidentielles.

Sources

Tous les articles Prévention